Amblans et Velotte
Retour accueil
DECOUVRIR AMBLANS | Histoire |
Le Mont Jarrot


Le Mont Jarrot est une petite colline assise sur 4 communes, Adelans et le Val-de-Bithaine, Genevreuille, Bouhans-les-Lure et Amblans-et-Velotte.

Son point culminant est de 408 m. Depuis ce dernier, et par temps clair, nous avons un magnifique point de vue. Il est matérialisé par une borne IGN. Ce mont figure sur plusieurs cartes de Franche-Comté. Ces cartes, établies depuis plusieurs siècles, présentent une dénomination de ce site de plusieurs orthographes.
On le retrouve dénommé Motarrot (carte de Jean-Maurice TISSOT en 1624), Montarrez (carte de Christophe TASSIN en 1637), Montarro (Carte de Nicolas SANSON en 1658), Montarrot (Carte de Nicolas DE FER en 1708), Le Mont Jarrot (carte de CASSINI en 1764) ou Mont Jarreaux (Plan Napoléonien de 1813).

Extrait Plan Napoléonien de 1813

 La vigne

Presque tous les habitants du village possédaient leur vigne. La récolte en était fixée par délibération. En voici une retranscrite à l’original : « Le maire de la commune d’Amblans-et-Velotte, Vu les loi et arrêté de Monsieur le Baron préfet du Département de la Haute-Saône, relatif aux récoltes. Le-dit maire, après en avoir consulté le voeux général de la-dite commune pour le ver le ban d’es récoltes d’es vendanges a pris l'arreté suivant : qu'il sera permis à tout propriétaire et possesseur de vigne de vendanger mardi prochain dix du courant pour le canton de Dans le Glais (Danneglais), et pour celui des vignes dit du monjaroz pour le onze du dit moi. Amblans le quatre septembre dix huit cent onze. Le maire Canot »

Les dates fluctuaient en fonction des conditions climatiques, ainsi en 1809, les vendanges étaient fixées pour le 16 octobre, alors quand 1822 la date retenue est le 30 août.

En 1785, il y avait 152 ouvrées de vignes concernant des particuliers et 13 ouvrées pour la commune. L’ouvrée pour notre commune équivalait à peu près à 5 ares 35 centiares. Ce qui représentait une superficie d’environ 8 hectares 82. Le conseil municipal donnait pouvoir au maire pour l’amodiation des vignes communales, il délibérait « afin qu’il prenne les moyens nécessaires pour faire choix d’un bon vigneron et lui passer un bail pour 6 ou 9 années consécutives ». En 1789, le vignoble occupait 146 ouvrées, et l’on sait qu’il s’agit d’un cépage « gamay, plant peu estimé ».


Vers 1819, par le document permettant de classer les terrains suivant leur valeur afin de réaliser une matrice cadastrale et une base d’imposition au plus juste, on découvre quelques renseignements concernant le vignoble ambellipontain. Je pense qu’il n’aurait jamais rivalisé avec les grands crus de notre pays.


Il nous indique qu’un journal de 432 perches, composé de 8 ouvrées produit 3 pièces 7/8 de vin. Ces vignes se cultivent sur des échalas (piquet de bois). « Le peu de vin récolté est de médiocre qualité, ils sont potables dès la première année et ne pourraient se conserver pendant 3 années ». « Ce sont des vins de gamet noir et blanc ».


Avec toutes ces données, et sachant qu’une pièce de vin dans notre région est de 160 pintes, équivalent à 20 veltes de 7 litres 61, il est assez facile de fixer la production à environ 11 000 litres de vin par an. Le phylloxéra à la fin du 19ème siècle et la première guerre mondiale qui a envoyée sur le front la quasi totalité de la main d’oeuvre sont venus à bout de cette culture. Les plus anciens se rappellent encore voir des hommes piocher les vignes au Mont Jarrot au début du 20ème siècle. 

 

Les habitations

 Chateau Gaillartd

Extrait d'un plan de 1751

Il existait trois habitations au Mont Jarrot. Aujourd’hui seules deux demeurent, il s’agit de la ferme de Château Gaillard qui maintenant est devenue un gîte paysan et de la ferme de Chantereine un peu plus bas.

Photo: collection privée

L’autre ferme appelée « ferme du Mont Jarrot » date d’une époque très ancienne puisqu’elle fut donnée à l’Abbaye de Bithaine en 1186 par Guillaume de Bouhans. De par son importance, elle est mentionnée sur la carte de Ferdinand de Lannoy en 1579. Il y avait deux corps de bâtiments situés de chaque côté du chemin menant à Bithaine. L’un avec le corps de logis, grangeage et écurie à bovins est représenté sur la photographie ci-contre, l’autre servait à l’élevage des moutons. Aujourd’hui, il ne reste que les traces du puits pour ceux qui connaissent le lieu.

C’est là qu’est venue au monde Raymonde TISSERAND de Velotte, où elle y a vécu jusqu’à l’âge de 5 ans pour venir s’installer au hameau d’Amblans avec ses parents pour des commodités scolaires. Puis la famille ALLAUX y habitât jusque vers 1950. Cette ferme appartenait au Baron d’Huart et à la Marquise de Saint Mauris de Colombier qui résidaient à Marseille.

Ces trois demeures dépendaient de l’abbaye de Bithaine et ont été vendues comme biens Nationaux en 1791.

 

Les carrières

Sur la droite du chemin, on aperçoit encore les traces de la carrière du Mont Jarrot. L’exploitation de celle-ci permit la construction de nos anciennes habitations, ainsi que des bâtiments communaux (église, école, mairie, lavoirs…). Les pierres de tailles de ces constructions provenaient bien souvent des carrières de Saint-Germain.


Ces carrières servaient également aux « prestations », ancêtres de nos impôts locaux, instituées par les lois du 28 juillet 1824 et du 21 mai 1836. Les communes, faute de ressources suffisantes, fixaient des journées de travail obligatoire pour les hommes valides de 18 à 60 ans et pour les animaux de travail, cela était les « prestations en nature » ; ou le rachat en argent de ces travaux pour les personnes les plus aisées que l’on appelait « prestations en argent ». Ces « prestations » étaient effectuées généralement l’hiver. Les habitants se rendaient dans les carrières afin de casser des pierres en petits morceaux et les acheminaient pour la réfection des chemins communaux - car à cette époque, les chemins étaient seulement empierrés.

Le conseil municipal fixait le nombre de journées. A Amblans, les prestations étaient fixées à 3 journées.

 

Le terrain militaire

Par demande du 27 mars 1969, le Génie envisage l’acquisition de la parcelle cadastrée Section A n° 235 d’une superficie de 1 ha 51 ares au lieu dit « Vignes du Mont Jarrot ».
Par délibération du 13 avril, le conseil décide de la vente pour un montant de 2 718 Francs.

Ce terrain sert aux manoeuvres des blindés et devient une position de batterie. Elle est utilisée notamment par le 1er Dragon de Lure. Les plus anciens se rappellent des passages des chars dans les rues du village pour accéder à ce terrain militaire.
En novembre 2008, le Ministère de la Défense décide de procéder à l’aliénation de ce dernier. Après en avoir délibéré, le conseil municipal décide de l’acquisition compte-tenu de son ancien statut de propriétaire.

La transaction est signée le 21 janvier 2009 pour un montant de 2 566.00 Euros pour une superficie de 1 ha 93 ares (surface initiale augmentée de quelques terres acquises à des particuliers par l’armée).

Parallèlement, la municipalité constate que des parcelles situées au Mont Jarrot sont présumées sans maître. Une publication dans les journaux et une consultation des études notariales a lieu en mars 2009. Après quoi, le conseil délibère en date du 25 septembre dernier afin que ces parcelles soient incorporées dans le domaine communal. Cela représente une superficie de 75 ares 61 centiares.


Lexique

Journal : superficie qu’un paysan peut labourer avec son attelage en une journée. Un journal vaut 432 perches et équivaut à 42 ares 77 pour notre commune.
Ouvrée : mesure agraire qui concerne uniquement la vigne et qui correspond au travail d’un ouvrier pendant une journée. L’ouvrée est 1/8 de journal et vaut 54 perches soit 5 ares 35.
Amodiation : location d’une terre, d’un bâtiment.
Pinte : mesure de capacité de liquide. Comme pour les autres mesures, la pinte est variable en fonction
des localités.
Velte : ancienne unité de capacité qui correspondant à 8 pintes soit 7 litres 61.

Remerciements :
- Mme Raymonde TISSERAND de Velotte
- Mme Suzanne MAGREY d’Adelans

Eric Naissant - Janvier 2010

Haut de page

Télécharger le document en pdf

 


Contacter la mairie
 
Mardi 22
août 2017
Ciel dégagé
25.4°

Travaux sur la commune du lundi 21 au jeudi 31 août 2017
Travaux sur la commune du lundi 21 au jeudi 31 août 2017 > Réfection de chaussée sur la R...En savoir +
Fermeture définitive de la Route de Magny-Vernois
Nouvel itinéraire pour rejoindre Magny-VernoisEn savoir +
Affouage - un surplus d'affouage est disponible !
Affouage - un surplus d'affouage est disponible : un lot de 2 stères de hêtres  au prix d...En savoir +

Mardi : 8h30-12h / 14h-18h
Jeudi: 8h30-12h / 14h-18h
Vendredi :
8h30-12h / 14h-18h


Mercredi : 15h - 17h30
Jeudi : 17H45 - 18H30
Vendredi: 16h30 - 17h30

Photothèque Amblans et Velotte

 

Copyright © 2012 Commune de AMBLANS ET VELOTTE - tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site

 

Amblans et Velotte Amblans et Velotte FEADER ADEME UNION EUROPEENNE LEADER FRANCE EUROPE FRANCHE-COMTE Amblans et Velotte CR FRANCHE-COMTE CG HAUTE-SAONE ETAT FRANCAIS SENAT ASSEMBLEE NATIONALE PAYS DES VOSGES SAONOISES