Amblans et Velotte
Retour accueil
DECOUVRIR AMBLANS | Histoire |
Le lavoir du bas du village


Bien qu'il existât depuis plus longtemps, le point d'eau sis "en dessous du village", au Breuil, en fait, nous en avons seulement une première mention officielle en 1683, le 19 août exactement. Les échevins Claude et Claude François Jechoux, passaient un marché avec deux maçons des Hautes Marches de Bourbonnais pour le raccommodement de la fontaine de dessous Amblans et les deux fontaines de Velotte. Si il y avait raccommodement, il y avait donc forcément déjà là une petite construction dont on ignore tout.

En 1818, le maire, Claude François Frahier, commande à l'architecte Plaisonnet, de Lure, une fontaine avec abreuvoir, qu'on appellera dès ce moment, la grande fontaine d'Amblans. Nous en possédons un plan sommaire, ainsi que les devis estimatif dressé le 5 octobre 1818, et instructif, celui-ci du 20 avril 1819, pour un montant de 1586,78 francs. Les travaux sont adjugés le mardi 16 mai 1820 à un entrepreneur de Quers, le sieur Guidet.

Plan parterre et élévation d'une fontaine, Amblans et Velotte

Comme cette fontaine est placée en un endroit peu commode, on a entrepris avant les travaux, des recherches de la source pour s’assurer si l’on pouvait la conduire dans un nouveau local plus convenable et si on pourrait élever les eaux de 30 cm. Après vérification, pour ne pas contrarier ladite source, on était obligé de reconstruire la fontaine dans son ancien emplacement. On utilisera les anciens matériaux, ce qui prouve bien que déjà là se dressait un édifice important. Les tuyaux courant du réservoir au puisard étaient alors en bois.

Les devis donnent de nombreux détails intéressants et des précisions auxquelles on ne penserait pas de nos jours, telles : les libérages, soit des moellons mal taillés ou des chutes, pour les massifs d’assises, seront tirés des carrières de la commune, au Montjarroz et transportés par des voitures tirées par deux boeufs. La voiture ne devra être chargée que d’un demi mètre cube de matériaux et trois voyages devront être faits par jour. Les pierres de taille et d’appareil seront tirées des meilleurs bancs des carrières de Saint Germain, distant de trois lieues nouvelles (12 kms), et transportées par une voiture attelée de deux chevaux. Un seul voyage sera effectué par jour, d’un demi mètre cube de pierres. Le sable proviendra de la rivière l’Ognon, distante de deux lieues nouvelles. La chaux devra être bien cuite et ne devra être employée que 15 jours après son extinction. Le mortier se composera de 1/3 de chaux éteinte et 2/3 de sable, le même qui aura servi à éteindre la chaux. Le ciment sera de 1/2 de chaux éteinte et 1/2 de tuile réduite en poudre, battu à 3 reprises différentes. Il en sera fait trois fois en une journée et employé de suite pour plus de solidité. La hauteur prévue du monument est de 3.5 mètres et l’abreuvoir est taillé dans une pierre de 6 m sur 1.30 m hors d’oeuvre. Malgré tous les soins apportés à l’oeuvre, en 1828, on constate des fuites dans le réservoir. Guidet refusera d’intervenir, car les travaux dans le réservoir n’avaient pas été prévus dans les devis et il les avait effectués simplement sur demande expresse du maire

 

Une nouvelle fontaine réceptionnée en 1840

En 1836, la municipalité conduite par le maire Claude Joseph Jeanroy, commandait à l'architecte luron Pierre Mougenot, la reconstruction de cette fontaine. Les travaux étaient adjugés en plusieurs tranches à un entrepreneur de Lure, le sieur Jamey : le 16 août 1836 : conduite des eaux et bassins et le 11 avril 1837 : les murs d'enceinte, les piliers et la couverture.
Mais ledit Jamey ne pouvait mener à bien ces travaux et ils étaient alors cédés à un cessionnaire, le sieur Viennot, de Lomont, par acte du 3 janvier 1838. Le 25 septembre 1840, la grande fontaine publique d'Amblans était réceptionnée par l'architecte Mougenot,
le maire Jeanroy et Jean-Baptiste Viennot. Une partie des matériaux de l'édifice de 1819 avait été récupérée ainsi que des tuyaux provenant de la petite fontaine de Velotte. La maçonnerie est en pierre du Mont Jarrot. Les pierres de taille pour les pilastres, les
margelles, etc. viennent des carrières de Saint-Germain. La charpente est en bois de chêne, le toit est en tuiles plates à crochets sur lattage de sapin. Deux girouettes sont placées aux extrémités de la couverture à la réunion des arêtiers avec le faîtage. La tuyauterie du puisard au récipient, soit 46 mètres, est en tuyaux de fonte de 1.30m de longueur sur 0,08 mètre de diamètre intérieur et assemblés en emboîtage avec des viroles en plomb sur tasseaux en pierre. Trois de ces tuyaux provenaient de la petite fontaine de Velotte. Le pavage en hérisson était de 37 m2. L'ensemble aura coûté à la commune, de la démolition de l'ancien édifice de 1819 à la réception du nouvel ouvrage, tout frais comptés : 2813,22F.


Intervention en 1877

Certes, la fontaine-lavoir du bas du village avait l'apparence de celle d'aujourd'hui, ou à peu près si on excepte les portes. Toutefois, dans le lavoir, avait été installé une chaudière à une époque indéterminée. Elle servait probablement à faire bouillir le linge. En 1877, le
sieur Tissot, entrepreneur à Vy-lès-Lure, intervenait sur cet appareil "déplacé la dalle du regard de la chaudière, remplacé deux boulons et la rondelle en cuir, et nettoyé la chaudière…". Il rejointoyait le grand récipient en ciment de la porte de France, après épuisement et nettoiement dudit. Il nettoyait aussi le petit récipient. Il refaisait tous les pavages, intervenait sur les murs, creusait des rigoles d'évacuation, réparait le toit et procédait encore à d'autres travaux pour un montant total de 772,05francs. Au cours du temps, cette fontaine lavoir subira encore d’autres interventions de restauration et de  simples réparations.

La fontaine lavoir d'Amblans et Velotte

Un patrimoine à sauvegarder

Dans le but de préserver cet ouvrage afin que les prochaines générations puissent bénéficier et contempler le travail de nos ancêtres, nous avons décidé la rénovation de ce dernier. Les abords sont aménagés, la toiture rénovée et les murs des petits côtés sont démontés pour pouvoir donner un beau cachet à cet édifice.

Eric Naissant - Septembre 2008

Haut de page

 

Télécharger le document en pdf

 

 

 


Contacter la mairie
 
Dimanche 28
mai 2017
Ciel dégagé
23.3°

Permanence juridique CIDFF : 13 juin 2017
En savoir +
PLUI : Nouveau projet consultable
En savoir +
Inscriptions à la brocante du 21 mai 2017
En savoir +

Mardi : 8h30-12h / 14h-18h
Jeudi: 8h30-12h / 14h-18h
Vendredi :
8h30-12h / 14h-18h


Mercredi : 15h - 17h30
Jeudi : 17H45 - 18H30
Vendredi: 16h30 - 17h30

Photothèque Amblans et Velotte

 

Copyright © 2012 Commune de AMBLANS ET VELOTTE - tous droits réservés
Réalisation Torop.Net - Mis à jour avec wsb.torop.net - Plan du site

 

Amblans et Velotte Amblans et Velotte FEADER ADEME UNION EUROPEENNE LEADER FRANCE EUROPE FRANCHE-COMTE Amblans et Velotte CR FRANCHE-COMTE CG HAUTE-SAONE ETAT FRANCAIS SENAT ASSEMBLEE NATIONALE PAYS DES VOSGES SAONOISES